« Québec doit repenser nos forêts »

Les nombreux incendies forestiers qui nous ont frappé durant l’été démontrent que l’on doit repenser notre façon d’aménager la forêt, croît le Forestier en chef du Québec, qui souhaite une action rapide du gouvernement provincial.

Le Forestier en chef du Québec, Louis Pelletier, a déposé mercredi un document à la ministre des Ressources naturelles et des Forêts, Maïté Blanchette Vézina. Il y présente des pistes de réflexion dans un contexte de changement climatique et alors que 1,5 millions d’hectares de forêts sont partis en fumée cette année au Québec.

M. Pelletier recommande que le gouvernement du Québec entreprenne une réflexion approfondie sur la question, estimant que la forêt de demain ne sera pas celle d’aujourd’hui et elle sera encore plus différente de la forêt du passé.

« Je crois que notre aménagement forestier tel que réalisé depuis plusieurs années au Québec doit évoluer face aux défis posés par l’adaptation de nos pratiques face à de nouvelles conditions climatiques », commente le Forestier en chef.

Une stratégie d’aménagement différenciée

Il conseille au gouvernement de bien prendre en compte la réalité de chaque région dans le but d’établir une vision commune de la forêt souhaitée. Cela passera par exemple par l’introduction de nouvelles essences qui seront mieux appropriées au climat futur.

« L’approche actuelle de l’aménagement forestier ne favorise pas beaucoup une diversification des pratiques à l’échelle des paysages. » Selon lui, cette uniformité augmente les risque d’exposition aux conséquences des changements climatiques.

Les changements devront débutés rapidement car avec l’ampleur de la forêts québécoise, cela nécessitera des années de travail. « Les activités de récolte actuelles couvrent moins de 1% annuellement, cela prendra donc plusieurs années avant de voir des changements concerts en terme d’adaptation », poursuite le Forestier.

Un aperçu prochain des dégâts

Quant aux conséquences des feux historiques de 2023 pour le Québec, des analyses sont toujours en cours pour avoir un premier aperçu de leur impact sur les possibilités forestières de la période 2023-2028 sont en cours.

Les résultats de ces analyses devraient être rendus publics au cours de l’automne.

Les nombreux incendies forestiers qui nous ont frappé durant l’été démontrent que l’on doit repenser notre façon d’aménager la forêt, croît le Forestier en chef du Québec, qui souhaite une action rapide du gouvernement provincial.

Le Forestier en chef du Québec, Louis Pelletier, a déposé mercredi un document à la ministre des Ressources naturelles et des Forêts, Maïté Blanchette Vézina. Il y présente des pistes de réflexion dans un contexte de changement climatique et alors que 1,5 millions d’hectares de forêts sont partis en fumée cette année au Québec.

M. Pelletier recommande que le gouvernement du Québec entreprenne une réflexion approfondie sur la question, estimant que la forêt de demain ne sera pas celle d’aujourd’hui et elle sera encore plus différente de la forêt du passé.

« Je crois que notre aménagement forestier tel que réalisé depuis plusieurs années au Québec doit évoluer face aux défis posés par l’adaptation de nos pratiques face à de nouvelles conditions climatiques », commente le Forestier en chef.

Une stratégie d’aménagement différenciée

Il conseille au gouvernement de bien prendre en compte la réalité de chaque région dans le but d’établir une vision commune de la forêt souhaitée. Cela passera par exemple par l’introduction de nouvelles essences qui seront mieux appropriées au climat futur.

« L’approche actuelle de l’aménagement forestier ne favorise pas beaucoup une diversification des pratiques à l’échelle des paysages. » Selon lui, cette uniformité augmente les risque d’exposition aux conséquences des changements climatiques.

Les changements devront débutés rapidement car avec l’ampleur de la forêts québécoise, cela nécessitera des années de travail. « Les activités de récolte actuelles couvrent moins de 1% annuellement, cela prendra donc plusieurs années avant de voir des changements concerts en terme d’adaptation », poursuite le Forestier.

Un aperçu prochain des dégâts

Quant aux conséquences des feux historiques de 2023 pour le Québec, des analyses sont toujours en cours pour avoir un premier aperçu de leur impact sur les possibilités forestières de la période 2023-2028 sont en cours.

Les résultats de ces analyses devraient être rendus publics au cours de l’automne.